123 Saint Paul de Tartas vous souhaite la bienvenue ~ Photothèque
http://www.saint-paul-de-tartas.fr/public/photo/photo-27-123-n.jpg

REUNION PUBLIQUE : Le lundi 1 er février, à la demande de monsieur l'inspecteur d'académie, s'est tenue à la salle polyvalente de St Paul, une réunion publique pour évoquer le devenir de l'école communale. Etaient présents, monsieur Barthélémy, inspecteur d'académie de la circonscription du Puy Sud, monsieur Bourgoin Stéphane, maire de Pradelles et son adjointe. La Communauté de communes du Pays de Cayres Pradelles était représentée par deux vice-présidents, monsieur Boyer Serge en charge de l'organisation du périscolaire sur le territoire et madame Arnaud Josette en charge des ramassages scolaires. Les parents soucieux du devenir de leur école et largement concernés par le sujet étaient venus participer au débat. Monsieur Adam Michel, maire de St Paul de Tartas, accompagné de plusieurs de ses élus procédait à l'ouverture de la réunion puis donnait la parole à monsieur l'inspecteur. Monsieur Barthélémy évoquait la baisse des effectifs qui tend à se poursuivre aussi bien sur l'école de St Paul que celle de Pradelles. Il annonce que les prévisions d'effectifs pour la rentrée prochaine sont inquiétantes et qu'il risque d'y avoir fermeture de l'école de St Paul et fermeture d'une classe à Pradelles. Cependant, il évoque la possibilité de créer un RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) entre les 2 écoles. cela consiste à regrouper les plus jeunes enfants sur une des 2 écoles et les plus grands sur l'autre, avec bien sûr organisation de ramassages scolaires adéquats. Les parents très impliqués, ont posé de nombreuses questions. Ils restent ouverts à la proposition mais attendent d'avoir plus d'informations pour apprécier comment est vu le projet par les parents de Pradelles (une réunion identique avait lieu le lendemain à Pradelles). Monsieur Barthélémy rappelait que tout prochainement la commission départementale va émettre ses propositions et que les décisions définitives devraient intervenir mi-mars. Dossier à suivre attentivement

Fermer